Навигация
Дайджест за другие годы
Сентябрь
2007 г.
Российская наука и мир
(по материалам зарубежной электронной прессы)
январь февраль март апрель май июнь июль август сентябрь октябрь ноябрь декабрь

    The Hindu - Chennai, India / Wednesday, September 5, 2007
    Russian expert on Vedas dead
    Скончалась крупнейший ученый-индолог и санскритолог, переводчица "Ригведы" на русский язык и исследовательница сакральных текстов Индии Татьяна Яковлевна Елизаренкова.

Moscow, Sept. 5 (PTI): A prominent Russian scholar on India and ancient Vedas, Prof. Tatiana Elizarenkova, died here today at the age of 78.
She was suffering from cancer. Prof. Elizarenkova was awarded with Padma Shri in 2004 for her outstanding literary and educational activities.
A scholar at the Oriental Studies Institute of the Russian Science Academy, Prof. Elizarenkova had authored many tomes on ancient India including the Russian translation of Rig-Veda, published few years ago.
Before her death she had completed the translation of Atharva Veda and was preparing for its publication. Indian Ambassador to Russia Kanwal Sibal has expressed profound grief at Elizarenkova's sad demise.
Elizarenkova had authoritatively claimed that Rig-Veda was written on the territory of modern Russia before Aryan migrated to the India, Iran and Europe. Her claim was substantiated to some extent after the burial mound of an ancient warrior was uncovered in the Voronezh region south of Moscow in Russian heartland as the slain warrior was buried exactly in accordance with the Vedic rites, described in Rig-Veda, Russian archaeologists say.

Copyright © 2007, The Hindu.
* * *
    Innovations-report / 04.09.2007
    Studying evidence from Ice Age lakes
    • By Gudmund Løvø
    Группа геологов из России, Германии, Дании и Норвегии изучают, как менялись водные системы на русском Севере во время ледниковых периодов. В результате таяния ледников образовывались многочисленные озера, менялись русла крупных рек, таких как Северная Двина, Мезень, Печора, Вычегда.

UST NEM, northern Russia: During the last Ice Age, the ice dammed enormous lakes in Russia. The drainage system was reversed several times and the rivers flowed southwards. A group of geologists is now investigating what took place when the ice melted and the lakes released huge volumes of fresh water into the Arctic Ocean.
"The ice-dammed lakes in Russia were larger than the largest lakes we know today," Eiliv Larsen, a geologist at the Geological Survey of Norway (NGU), tells me. He is in charge of the important SciencePub International Polar Year project that is studying natural climate changes in the Arctic and the ways in which man has adapted to them.
Moving glaciers
"The entire drainage system in Russia has been reversed several times during the past 130 000 years. The heavy ice cap covering the land area in the north dammed up lakes and forced the large rivers, the Dvina, Mezen, Pechora and Vychegda, to flow southwards to the Caspian Sea, the Black Sea and on to the Mediterranean," Eiliv Larsen continues.
However, the ice margin in the north shifted; the ice cap varied in extent, sometimes suddenly advancing eastwards, sometimes retreating. When the plug was released as the ice melted, the water poured from the huge lakes into the Kara Sea and the White Sea, causing the sea level to rise.
The sum total of all these dramatic changes greatly influenced the climate and the circulation in the seas in the Barents Region. SciencePub scientists are trying to find answers to where, when and how often this took place.
Digging down
"We drive vehicles and boats along the large valleys and rivers," Maria Jensen, a group leader and geologist at NGU, tells me. "Where sediments are exposed along the coast and rivers, we study the sequence of their deposition. It's here, in the transportation of clay, silt and sand out into the marine system, that we find evidence of the major events," she points out.
In a cutting beside the River Vychegda, a few kilometres from the village of Ust Nem in the Komi Republic, geologists from Norway, Denmark, Russia and Germany are digging their way down through layers that were deposited during the last Ice Age.
Astrid Lyså, another NGU geologist, explains: "We remove the outermost layer to get at undisturbed sediments. Then we clean the section, measure it, and photograph, draw and describe the structures in every single layer. We also take samples to date the beds using luminescence, a technique that reveals, for example, when a sand grain was last exposed to the light."
Reading the history
By investigating a given section, geologists can, for instance, find out what types of deposits are present in the area. They may be moraine, peat, mire, or sediments deposited in the sea, rivers and ice-dammed lakes. The scientists can also find out in which environment these sediments were deposited; was it deep, still or shallow water, beneath the ice, or were the sediments deposited by the wind? It is thus actually possible to read the history of an ice-dammed lake by studying the succession of layers dug out with a spade, a scraper, a knife and a trowel.
That is precisely what they are doing here at Ust Nem. There seems to have been two ice-dammed lakes here. The patterns of patches of coloured clay and the remains of crushed clay in the sediments suggest, for example, a strong increase in pore pressure and that this particular lake was tapped extremely rapidly.
A big jigsaw puzzle
The scientists are also investigating the landscape around the river, searching for old, dry valleys and small depressions that may explain the drainage system. After driving for just a couple of hours and walking a bit in the forest, they find small valleys which drained into the present course of the river.
The pieces in the jigsaw puzzle are thus gradually falling into place.
"When we fit everything together, we can see the details in and around the enormous lakes which the Russian rivers drained southwards on several occasions and at other times emptied into the Arctic Ocean when the ice melted," Eiliv Larsen explains.

© copyright 2007 by innovations-report.
* * *
    The Washington Times / September 6, 2007
    Putin's ambition
    • Helle Dale
    Последняя российская экспедиция в Арктику воспринимается едва ли не как открытое объявление войны прочим "арктическим" государствам, а установление титанового флага на глубине 4 километра - как захват Северного полюса.

A Danish ambassador to Peter the Great was asked by the czar to point out his country on the map. Embarrassed at the size of his homeland compared to the vast Russian expanse, the ambassador evaded the question, and rather than point to the Lilliputian Scandinavian country from which he hailed, he put his finger on Greenland, the world's biggest island. "Let me show you one of our colonies," he said slyly, but truthfully. Peter the Great, of course, was suitably impressed.
Today, the North Pole is again an object of international competition, thanks mainly to the putative consequences of global warming, and Russia and Denmark are among the countries competing for territorial claims to its landmass. The other nations include Norway, Canada and the United States. Russia has launched a pre-emptive claim to the so-far-frozen north, to the point of reviving Cold War military tactics, causing other nations on the edge of the Arctic circle to scramble.
To reinforce its claim, Russia has started flying military missions over the North Pole, reviving its policy from Cold War days, approaching close to U.S. airspace. The Russians discontinued the missions in 1992 because of the lack of funding and have now revived a fleet of obsolete Tupolev bombers to establish the principle of their right to the airspace. Norwegians have had to scramble to send up their own aircraft to fend off Russian incursions. The whole scenario is straight out of a Cold War spy movie.
By American estimates, 25 percent of the world's oil and mineral deposits are locked beneath the northern ice cap, but will become available if the world warms enough. It would not be the first time that the Arctic has been free of ice. Analysis of soil samples drilled beneath the mile-thick ice cover have shown that Greenland was in the past rich in forests, vegetation and animal life.
If in fact the Earth warms as much as the environmentalist scaremongers insist it will, one benefit will be that in time - which may be as much as 50 years from now - the North Pole could be accessible and so could the Northwest Passage through the Bering Strait, which is situated between Russia and Alaska. This would mean huge savings for the world's shipping.
The Russian imperialist power grab of the North Pole has taken its northern neighbors by surprise, and it is high time they get their act together to oppose it. Perhaps not surprisingly part of the problem is the U.N. Law of the Sea Treaty, known by the acronym UNCLOS. According to the treaty, which the United States has signed but not ratified, countries can lay claim to land beyond their 200-mile territorial waters if they can demonstrate that the landmass of their continental shelf is connected below sea level to the land in question. Each country has 10 years after ratification of the treaty to stake its claim, and each country is planning its own claim to the North Pole, including the United States.
The Russians lost no time after ratifying UNCLOS and claimed a vast area, including the North Pole, as early as 2001. They have even planted a titanium flag on the bottom of the Arctic Ocean to stake their claim. The United Nations has at least rejected the Russian claim for now. Meanwhile, the United States and Canada have dispatched expeditions of their own to the North Pole, and Denmark has sent an an icebreaker carrying a scientific expedition.
Russia's aggressive behavior is entirely consistent with the revanchist policies pursued by President Vladimir Putin, who has made no secret of his ambition to again make Russia a powerful nation, and who has focused on using its energy wealth to fuel those ambitions. Other nations have argued for the United States to ratify UNCLOS in order to strengthen the position vis-a-vis the Russian claims, but it is rather doubtful that Russia will respect its international treaty obligations, through the U.N. or otherwise. Meanwhile, it is clearly important for the countries that have an interest in the Arctic to unite behind a common cause and confront the Russian government's land grab.
And if the climate-change scaremongers are wrong, and the North Pole remains good for nothing but hunting polar bears, at least we have reasserted a principle that will no doubt be relevant for relations with the Russian bear in years to come.

© 2007 The Washington Times, LLC.

* * *

    Le Confidentiel / 5 sep 2007
    Espace: un système français d'arrêt d'urgence des propulseurs pour les Soyouz russes à Kourou
    • Christophe Casalegno
    Контракт на первые четыре запуска европейских спутников на российской ракете-носителе "Союз-СТ" с космодрома Куру во Французской Гвиане был подписан Роскосмосом и компанией Ariane-Espace 19 июня на авиакосмическом салоне Ле-Бурже. Первый запуск намечен на март-апрель 2008 года, причем ракета-носитель будет оснащена французской системой экстренной остановки двигателей.

Le nouveau lanceur russe Soyouz ST dont le premier tir depuis le site de Kourou en Guyane française est fixé pour 2008 sera doté d'un système français d'arrêt d'urgence des propulseurs, a annoncé lundi un porte-parole de l'usine CSKB Progress à Samara, sur la Volga, où sont assemblées les fusées Soyouz.
"Face à une situation imprévue, par exemple, en cas d'écart de cap notable d'une fusée, ses propulseurs pourront être immédiatement arrêtés depuis la Terre et son vol interrompu", a noté le représentant de l'entreprise.
Les Européens ont exigé que les Soyouz russes adaptés pour les conditions climatiques de la Guyane française soient équipés de dispositifs électriques de sécurité de fabrication française, a-t-il précisé. Les lanceurs européens Ariane-4 et Ariane-5 peuvent également être détruits sur commande parvenant de la Terre en cas d'écart par rapport au cap assigné, a-t-il indiqué.
L'expert du CSKB Progress a expliqué que, par analogie aux fusées Ariane, les clients français veulent être sûrs qu'en cas de besoin le vol d'un lanceur puisse être interrompu et avoir l'outil permettant de le faire. D'autre part, les fusées Soyouz seront équipées de capteurs qui permettront au service de sécurité de contrôler l'évolution du lanceur en vol au moyen de radars, a-t-il indiqué.
"Toujours dans le cadre de l'adaptation des lanceurs russes il est prévu de régler le problème de l'immersion des blocs latéraux séparables. Une soupape supplémentaire sera installée sur les réservoirs de carburant pour s'ouvrir après leur séparation. Les réservoirs se rempliront d'eau, ce qui garantira leur immersion dans l'océan", a ajouté l'expert.
Aux termes du contrat de lancements de Soyouz depuis le site de Kourou, l'édification du pas de tir et de l'atelier d'assemblage et d'essai est menée aux frais des Européens, a-t-il rappelé. "Quant aux équipements technologiques destinés à la vérification des éléments des lanceurs et à la préparation du tir, ils sont livrés par la Russie, notamment par l'entreprise CSKB Progress, le Bureau d'études de Constructions mécaniques générales et le groupement science-production Lavotchkine", a expliqué l'expert.
Au Salon aérospatial MAKS-2007 de Moscou, en août dernier, le directeur général de l'Agence spatiale européenne, Jean-Jacques Dordain, a annoncé que le premier vol du lanceur russe Soyouz ST depuis le site équatorial de Kourou était prévu pour mars-avril 2008.

Copyright © 1997-2007 Digital Editions All rights reserved.

* * *

    Libération / jeudi 6 septembre 2007
    L'empreinte russe
    Les musées, les paysages, les rites, l'immigration, la langue : premier volume d'une trilogie, sous la direction de Georges Nivat, qui explore les sites de la mémoire russe. Entretien.
    • Par Lorraine MILLOT

    Вышел первый том трилогии о России - Les Sites de la mémoire russe, написанный коллективом авторов под руководством профессора Жоржа Нива, и посвященный российской исторической памяти. Первая книга трилогии, "География российской памяти", содержит статьи на самые разные темы - о монастырях, музеях, школах, библиотеках, парках, садах, усадьбах. Второй том, выход которого намечен на осень 2008 года, будет посвящен великим историческим произведениям, которые повлияли на формирование российской памяти. В третьей книге будут исследованы "патологии" этой памяти: мифы и преувеличения.

Georges Nivat (sous la direction de). Les Sites de la mémoire russe, tome I. Géographie de la mémoire russe.
Le troisième mot que l'on rencontre dans cette somme sur la mémoire russe... est "oubli". En s'embarquant dans un vaste tour d'horizon, le professeur Georges Nivat savait bien qu'il se lançait sur des sables mouvants, si ce n'est minés. Rares sans doute sont les pays qui ont autant que la Russie tenté de massacrer et manipuler leur mémoire. Et rares sans doute les cultures aussi méconnues. Avant même le travail communiste d'amnésie collective et de destruction systématique de la culture orthodoxe, rappelle Georges Nivat, il y a avait déjà eu Pierre le Grand, voulant reconstruire la Russie de zéro, depuis une nouvelle capitale, avec des techniques et une culture importées de Hollande ou d'Allemagne...
Pour cette première approche de la mémoire et de l'oubli russes, Georges Nivat remplit pourtant plus de 800 pages sans peine, premier volume d'une trilogie. Ce qui s'est perdu physiquement est plus que gagné en mythes et récits littéraires.
Même une "ville nouvelle" comme Saint-Pétersbourg ne cesse d'invoquer "l'antiquité", rappelle le très bel essai de Vladimir Berelovitch. Mieux, sous la plume des écrivains russes, Gogol ou Dostoïevski notamment, la ville nouvelle devint cité "des idées noires, de la mélancolie, des illusions perdues, de la folie ou du crime...
Ce premier volume ressemble à ce que les Russes appellent une "fourchette" ou une "table suédoise" : un buffet extrêmement copieux où chacun pourra piocher, au gré de son appétit, des textes pointus et savants sur différents monastères, musées, écoles et bibliothèques. Ou d'autres plus rafraîchissants sur la porcelaine, les parcs et jardins ou la gentilhommière russe. Le deuxième tome, promis pour l'automne 2008, sera consacré aux grands récits historiques qui ont "façonné" la mémoire russe. Le troisième, très prometteur, auscultera les "pathologies" de cette mémoire : ses mythes et ses emballements. "Car un mensonge que l'on fabrique devient aussi une vérité", a retiré Georges Nivat de sa longue immersion dans la culture russe.
Professeur honoraire à l'université de Genève, Georges Nivat est lui même un puits de mémoire, intarissable sur la passion de sa vie, la langue et la culture russes. Auteur de nombreuses traductions de Soljenitsyne, Pouchkine, Siniavski, Andreï Biély, il avait déjà codirigé une magistrale Histoire de la littérature russe, en sept volumes, avant de se lancer dans cette traque de la mémoire russe.
Est-ce bien un livre sur la mémoire russe que vous publiez là, ou plutôt sur l'oubli ?
Il est sûr que l'oubli est un élément essentiel de la mémoire russe ! Mais ce sera surtout sensible dans les deux tomes à suivre. Dans ce premier volume, j'ai tenté de faire la géographie des lieux de mémoire russe, comme Pierre Nora l'a fait pour les lieux de la mémoire française, sans bien sûr copier son plan. Certains lieux sont évidents comme les musées, les académies ou les rituels orthodoxes. D'autres moins, comme la langue, le paysage ou la littérature de l'émigration, Ivan Bounine en particulier. La langue russe a une énergie particulière qui en fait un site de mémoire en elle-même. Nombreux sont les auteurs qui l'ont célébrée, de Tourgueniev à Mandelstam, pour qui le russe était la langue grecque retrouvée. Je dirais aussi que la langue russe va plus loin dans l'intimité de l'être que des langues plus logiques, comme le français. Mais cela, je le raconte dans un autre ouvrage (1).
C'est l'un des paradoxes qui jaillit de ce premier volume : la mémoire russe a beau avoir été plusieurs fois brisée et martyrisée, elle ne s'en est pas moins transmise. En sautant parfois des époques ? 
Tout fonctionne par duplication et reprise. Mais ce n'est pas exclusif à la Russie. Chez nous, la Renaissance fut aussi une "seconde naissance" où l'on voulut retrouver Rome. La Russie a fait des duplications de sa propre histoire et d'histoires étrangères. La révolution bolchévique se voulait à la fois une création ex-nihilo, mais aussi une duplication de la révolution française. Elle devait réaliser ce qui avait échoué en France avec Thermidor...
Et Lénine était aussi un deuxième Pierre le Grand. Comme lui, il faisait une révolution d'en haut, il recommençait tout à zéro.
Peut-on comparer mémoire russe et mémoire française ?
Il n'y a pas d'équivalent russe à notre Jules Michelet. La Russie compte bien sûr de grands historiens, Karamzine, Sergueï Soloviov, Klioutchevski... Mais aucun de leurs récits n'a su mobiliser tout le pays comme ceux de Michelet en France. En revanche, les ethnographes locaux, apparus au milieu du XIXe siècle, ont sauvé beaucoup de choses, surtout à l'époque soviétique, malgré les énormes destructions des années 1920. Des gentilhommières, décrites dans les romans de Tourguéniev, il ne reste souvent aujourd'hui que l'allée de tilleuls, et l'étang. Sur 40 églises comptées à Arkhangelsk avant la révolution, 39 ont été détruites... Bien sûr, on peut reconstruire aujourd'hui. Mais ce n'est pas tout à fait la même chose. Les générations n'ont pas grandi dans le respect du monument.
N'est-ce pas ingrat de vouloir faire travail de mémoire dans un tel pays ? 
Cela me rappelle le fameux poème de Tioutchev sur les isbas russes. Plus elle a l'air humble et insignifiante de l'extérieur, plus elle est riche à l'intérieur. Ce qui a été détruit physiquement s'est souvent conservé sous forme de mythes, ou grâce à la littérature. Pour détruire totalement la mémoire, le régime bolchévique aurait du interdire la littérature, comme Mao l'avait fait. Avec une grande littérature classique, l'ennemi est dans la place. Même si l'on ajoute une préface marxo-léniniste à Tolstoï ou Pouchkine, il y reste d'immenses leçons d'émancipation.
Au contraire, au plus fort de la terreur, en 1937, Staline fait célébrer le centenaire de la mort de Pouchkine...
Et l'émigration russe à Paris choisit aussi Pouchkine comme lieu de mémoire : elle fait de son jour de naissance le jour de la culture russe. Les deux Russies s'étaient réunies pour sacraliser Pouchkine, "notre tout", comme on dit en Russie. C'est d'autant plus intéressant qu'aussitôt après sa mort, Pouchkine avait été un peu oublié. Son culte n'a vraiment commencé qu'avec le grand discours de Dostoïevski en 1880, lors de l'érection d'un monument à Moscou. Dostoïevski a créé une émotion fantastique autour de Pouchkine en expliquant comment la soumission de Tatiana à la loi, dans Eugène Onéguine, était en fait un dépassement de la loi. "Je me suis donnée à un autre, mais je vous suis restée fidèle", explique-t-elle en substance. C'est l'essence même de la Russie, dit Dostoïevski.
Ce premier tome évoque un autre paradoxe encore : la Russie est aussi le pays de la "mémoire longue"...
Je m'en suis aperçu très tôt, quand je commençais à fréquenter l'émigration russe, et qu'on me parlait sans cesse de la victoire sur les Polonais [en 1612, ndlr]. Pour des Français, même calvinistes, la Saint-Barthélemy est du passé. Pour les Russes, 1612 est un événement très proche. La Russie a une mémoire longue, qu'elle cultive parfois de façon un peu maladive. On s'accroche ainsi à 1612 ou 1812, la victoire sur Napoléon. Ce qui permet de dire : nous avons toujours été envahis, nous ne sommes pas un peuple agresseur. Mais cette mémoire longue est une réalité, que l'Occident souvent ne comprend pas. De même, le souvenir de la Seconde Guerre mondiale la Grande Guerre pour la patrie, comme on dit en Russie est cent fois plus important pour la Russie que pour nous.
Une autre surprise de ce livre est l'évocation du terrorisme : serait-il aussi un élément de la mémoire russe ?
La Russie d'aujourd'hui se décrit volontiers comme assiégée par le "terrorisme international"... et oublie qu'elle est peut-être celle qui a inventé le terrorisme ! Pensez à l'assassinat du tsar Alexandre II ou à l'aura qu'avaient les terroristes russes au XIXe siècle. Souvorine, l'éditeur de Dostoïevski, qui se promenait avec son auteur sur la perspective Nevski lui demandait : s'il surprenait un homme en train de tramer un attentat, irait-il le dénoncer ? Non, je ne crois pas, répondait Dostoïevski. Le terrorisme correspond bien au maximalisme russe. Tout purifier par un attentat...
Où en est la Russie d'aujourd'hui avec sa mémoire ?
Comme on dit en russe, le bâton a deux bouts. Il y a du bon : on réédite massivement des auteurs comme Karamzine, Soloviov, Klioutchevski... La Russie récupère ses grands émigrés, comme George Vernadski, qui enseignait à Princeton. Pour cet historien "eurasien", l'intermède tatare n'est plus un "joug", mais une période de plein droit de l'histoire russe. Tout cohabite aujourd'hui en Russie, tout est sur le marché, et advienne que pourra...
La Russie de Poutine avance-t-elle dans sa quête d'identité nationale ? 
Oui et non. Pour moi, la bipolarité de l'hymne ou du drapeau [qui mêlent les symboliques tsariste et soviétique] n'a rien de choquant. Le tricolore français mêle bien aussi le blanc royal et les couleurs de Paris insurgé. La recherche du compromis dans la symbolique est sans doute saine et utile. De toutes façons, le pouvoir a beau tenter de contrôler la mémoire, sur le long terme, c'est un phénomène non maîtrisé. La mémoire russe relève de fondamentaux comme la langue, le paysage, l'errance, l'instabilité ou la recherche de la perfection... C'est la ville de Kitej [ville de légende, peuplée de bons et justes, qui se fit invisible pour échapper à l'invasion tatare], le refus de tout compromis et la grande utopie du socialisme russe... Bien sûr, les camouflages et les ruptures sont importants. Ils expliquent certaines manifestations actuelles, les complexes, l'auto-lacération ou l'orgueil national... Mais ce n'est pas l'essentiel.

© Libération.

* * *

Продолжение дайджеста за СЕНТЯБРЬ 2007 года (часть 2)
январь февраль март апрель май июнь июль август сентябрь октябрь ноябрь декабрь

предыдущий месяц
1998-2007
следующий месяц
[О библиотеке | Академгородок | Новости | Выставки | Ресурсы | Библиография | Партнеры | ИнфоЛоция | Поиск | English]
  Пожелания и письма: www@prometeus.nsc.ru
© 1997-2017 Отделение ГПНТБ СО РАН (Новосибирск)
Статистика доступов: архив | текущая статистика
 

Документ изменен: Mon Mar 5 15:36:43 2012. Размер: 33,175 bytes.
Посещение N 3361 с 30.10.2007